STREET LIFE > REGARDS
4:29 p.m. Loches Angeles Express

Où il est question de cacaille, de chouille, de croissant-qui-dégouline-de-beurre, de nuits blanches à s’engueuler… Chacha ? Une espèce d’oiseau migrateur, un drôle d’oiseau tourangeau… Montez dans l’Express et suivez la guide !

chacha-01

Battements de Loire a croisé le regard de Charlotte, lochoise pure souche. Du haut de ses 28 ans, elle compte pas mal de voyages à son compteur, et a vécu aux Etats-Unis, en Australie, en Israël, entre autres. Entre chaque aventure, elle vient toujours reposer ses valises en Touraine plus ou moins longtemps.

Aujourd’hui, à défaut de parcourir les routes du monde, elle sillonne celles de France chaque semaine. Charlotte est commerciale. Le week-end, elle vient toujours reposer sa valise en Touraine. Cette fille-là a la bougeotte, elle a de la gouaille et transpire de vie.

Le tuffeau ! Quand je rentre et que je vois le tuffeau (…), ça me fait un truc au cœur, à l’estomac, je peux pas te dire. J’y suis très attachée et là je me dis que je suis chez moi !

Charlotte, qui es-tu ?

J’ai 28 ans. Je suis française, lochoise, tourangelle. Plutôt extravertie, j’aime manger, j’aime boire, j’aime danser… C’est tout. Ça te suffit ou il faut que je te dise d’autres trucs ?

Tu as pas mal voyagé. Qu’est-ce qui te manquait de la Touraine ?

Le tuffeau ! Quand je rentre et que je vois le tuffeau ! Tu sais, j’arrive à Tours par les Beaux-Arts et quand je vois cette pierre, ça me fait un truc au cœur, à l’estomac, je peux pas te dire. J’y suis très attachée et là je me dis que je suis chez moi !
Charlotte réfléchit et…
Et sinon, la bouffe ! Le fromage, les rillettes. Dans aucun autre pays, tu manges des croissants comme ici, de la baguette, du saucisson. Et puis y a l’apéro quoi… Mais ça, c’est plus français que tourangeau.

On dit que c’est à Tours que la langue française est la plus pure, quel est ton mot préféré ?

Gourmandise ! Mais je tiens à te dire que je suis pas du tout d’accord avec toi ! Moi, on m’a toujours dit que j’avais un accent ! Que ce soient des français rencontrés à l’étranger ou mes clients de Paris ou de Limoges, tout le monde me dit que j’ai un accent prononcé de la campagne !

chacha-03En parlant de gourmandise, quelle est ta gourmandise solide préférée du coin ?

Le Sainte-Maure.

Une gourmandise liquide ?

Le Chinon.

Si des potes australiens débarquaient en Touraine, tu les emmènerais où en premier ?

A Tours ! Parce que Loches, c’est trop petit… Pour ses murs, son ambiance, c’est une ville étudiante, ça bouge. Il y a une mixité culturelle aussi. Et puis, je les emmènerais sur les bords de Loire, voir la cathédrale, le Vieux-Tours. J’ai choisi d’y habiter d’ailleurs. Et puis, il y a plein de grottes, de caves dans la région. Quand on était jeune, on faisait la chouille dans les caves.

Tu trouves vraiment que Tours, c’est une ville qui bouge ?

Mais oui, il y a plein d’étudiants, de bars, de restos… Attends, moi je passe ma semaine entre Limoges, Nevers, Vierzon, Montmorillon… alors je peux te dire que Tours à côté, ça bouge ! Le seul truc qui me manque ici, c’est une bonne boîte de nuit avec du vrai son. Ça c’est le seul truc que j’irais pêcher à l’étranger.

Et les tourangeaux, tu dirais qu’ils sont…

Bien assis dans leur fauteuil !

Ce qui  n’est pas ton cas !

Oui. Non. Euh… Tours c’est une ville qui bouge mais il y a plein de gens qui n’ont pas envie que les choses changent trop…

Nous les français, on est romantique, on a besoin de vendre du rêve. Faut que ça gueule, que ça s’exprime. C’est pour ça que je me vois mal vivre dans un autre pays.

Et tu aimerais y faire ta vie ?

Je ne me mets pas de barrière pour faire ma vie ici mais je ne connais pas d’autres villes, comme Lyon par exemple. Bordeaux, je connais un peu mais c’est trop guindé pour moi. Ici, il y a plus de mixité. Il y a des cas soc’, des punks, des cacailles, des gens friqués. Et puis c’est une ville ouverte aussi.

chacha-02Un souvenir en Touraine ?

Un moment que j’adore et qui me manque quand je suis à l’étranger, c’est de prendre un café et un croissant-qui-dégouline-de-beurre à Loches pendant le marché paysan. Avec du monde et un rayon de soleil. Et ensuite un Ricard. Là tu prends le temps de discuter, de parler politique… Tu sais la famille américaine chez qui j’ai vécu est venue à Loches. Un de leurs meilleurs souvenirs, c’est un soir de semaine passé dans le jardin à manger, à boire, à refaire le monde jusqu’à une heure du mat’ alors que tout le monde bossait le lendemain. Ça, c’est hyper difficile à retrouver ailleurs, dans un autre pays je veux dire. Nous les français, on est romantique, on a besoin de vendre du rêve. Faut que ça gueule, que ça s’exprime. C’est pour ça que je me vois mal vivre dans un autre pays. J’ai besoin de ce bouillonnement d’humains. J’adore essayer de comprendre l’humain, ce qui le fait kiffer, ce qui lui fait peur…

Tu parlais de Loches, qu’est-ce que tu penses du slogan de la ville « I Loches You » ?

Hésitation.
C’est une bonne vision marketing pour développer le commerce lochois, faire venir des gens à Loches… Mais franchement qui connaît ce slogan ?

Avec des copains, vous aviez pensé à autre chose non ?

Oui, on aime bien dire qu’on vient de Loches Angeles !

Où peut-on te croiser le plus souvent ?

Place Plum’.

Si Tours était une couleur ?

Orange !

Orange ?

Oui parce que c’est pas l’explosion du rouge. Mais c’est pas jaune non plus. Faut que je t’explique plus ?

Merci Charlotte !

 

Propos recueillis par Florence

Vérifiez également

01

STREET LIFE > REGARDS
La vie devant soi

Laura, c’est une rencontre ! Il y a de cela trois mois, je la voyais pour ...

Un commentaire

  1. Une personnalité haute en couleur. Ca fait un bien fou !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>