LES MAINS D’OR > ARTISANS
Tuffeau, tout flamme… Du plus vieux métier du monde

Il s’agissait d’attaquer la pierre. Celle qui nous habite. Celle que l’on habite. Le tuffeau. Il s’agissait de rencontrer un tailleur de pierre à Chinon qui nous raconterait avec ses mains son métier. Ils étaient deux à m’attendre… Et je m’attendais à un entretien au burin. Il y en eut un. Et il y eut de la passion et de l’engagement. Et au fond, surtout, une infinie tendresse.

 

IMG_5411

C’est Olivier qui m’accueille, Alexander le patron à la barre est à la bourre. Je lui pardonnerai plus tard, il arrivera avec une Loirette, bière locale incontournable, et un grand sourire… Un Tourangeau qui reçoit…

IMG_5415Olivier, c’est une force tranquille, le sourire pudique pointe souvent, mais c’est 37 ans d’expérience et à peu près tous les monuments de Tours à Nantes à son actif. « J’ai aussi bossé sur la Citadelle Vauban à Belle-Île en Mer, et on croyait être complètement saoûls à cause du vent. »

Il a bourlingué dans toutes les grosses boites de taille de pierre, mais voilà… Lui aussi a vu que les temps changeaient, les entreprises qui devenaient des « usines à gaz » et quand l’heure du barbecue sur les chantiers est passée à la trappe, il a choisi de rejoindre Alexander.

Pour deux raisons, avoue-t-il… « Bosser avec Alex, c’était revenir à l’époque du casse-croûte, et à cette façon de travailler cette pierre lumineuse … » Quand on balade des pierres pesant parfois de 300 à 400 kilos, il faut trouver de quoi… respirer.

IMG_5413Alex débarque… Même parcours dans les grosses boîtes et le sentiment de ne pas être à sa place… Il crée son entreprise à la suite d’un licenciement, et même si le quotidien n’est pas toujours rose, il goûte à sa liberté : « la liberté a un prix », précise-t-il en allumant sa cigarette, le cul dans sa brouette. « J’ai choisi le plus beau métier du monde. Tu travailles la matière et tu laisses ta trace pour quelques centaines d’années. On bouge des pierres et on se dit que celle-là a vu Henri II passer à cheval… Tu touches des pierres qui n’ont pas bougé depuis des siècles… »

Alors, ce tuffeau précisément ? Les deux comparses y retournent : « C’est une pierre merveilleuse, elle tient remarquablement la chaleur… Son point faible, c’est l’humidité… L’eau qui tombe d’une gouttière cassée peut l’abîmer… Et aujourd’hui, elle sort à peine des carrières, encore gorgée de flotte, qu’elle est déjà posée. Au premier coup de gel, elle risque alors de s’effriter… Nous, nous lui laissons du temps avant de la travailler. »

Petite pause et deuxième tournée de Loirette. Alex dit en se marrant qu’il attendait la « tafiole de journaliste », je lui réponds simplement que je veux bien être une tafiole, mais jamais un journaliste.

Olivier reprend : « C’est aussi une pierre poreuse, elle doit respirer, et le ciment l’étouffe. On travaille à la chaux à l’ancienne, la chaux aérienne, complètement naturelle… Comme les anciens qui brûlaient de la poudre de pierre à 800 degrés dans leurs fours à chaux… »

J’apprends encore que la pierre de tuffeau est issue de « cadavres de bestioles » (ou fossiles) qui ont rendu notre air respirable, que la pierre est vivante, que la poser là, comme ça , maladroitement, ne se fait pas, qu’elle a des « lits » comme une rivière, et qu’on ne va pas contre ces lits… « Poser une pierre, c’est respecter le sens de la pierre. » Pour qu’une pierre dure, il faut respecter les couches et les strates qui sont en elles, et la tailler, la poser, la déposer dans leur sens…

Alex précise : « Si on veut être vicieux, il faudrait poser la pierre dans la même orientation qu’elle a été extraite. Pour respecter la nature tout simplement. Le but du tailleur de pierre est de faire durer son travail le plus longtemps possible. » Et Olivier d’ajouter : « On fait sonner la pierre, c’est-à-dire qu’on lui envoie plus ou moins de vibrations… Et moins on en envoie, plus la pierre durera. »

Nouvelle pause, Alex paie une tournée de vin rouge… « Ici, les caves n’ont pas été construites pour le pinard, elles viennent de l’extraction des pierres. »

IMG_5421

Alex en vient ensuite à la difficulté de tenir une entreprise, la paperasse qui s’accumule, et les clients qui ne paient pas : «  ce sont souvent les bons bourgeois qui sont mauvais payeurs… Les gens à revenus modestes sont plus honnêtes et paient même un verre en fin de journée. » «  Les gens simples… », ajoute Olivier.

Alex se surnomme « le voleur de pierres de Chinon » depuis le jour où, face à un client qui ne payait pas, il est allé récupérer ses 250 euros de tuffeau sur le chantier… Ce qui lui a valu deux heures de déposition, prise d’empreintes digitales, prise d’ADN, prise de photos sous 3 angles…

Mais il y a aussi les consolations. Et les félicitations. « Nous avons retapé une maison à pans de bois à Chinon, et, plutôt que d’aller à Brico Dépôt comme nos autres confrères, nous avons reproduit la peinture suivant des méthodes ancestrales, complètement naturelle : on a fait bouillir de l’eau avec de la farine, et ajouté de l’huile de lin et de l’ocre. L’architecte des Bâtiments de France a dit : enfin un chantier exemplaire à Chinon ! »

Alex et Olivier appliquent donc les bonnes vieilles méthodes, observent et écoutent les anciens : «  Les paysans, il ne faut pas les prendre pour des cons… J’ai appris beaucoup. Comme eux, on réemploie les vieilles pierres. Recoupées, elles sont presque indestructibles… La pierre, c’est un peu comme le cochon, tout se récupère…  »

Trois verres et cinq clopes plus tard, il est temps de conclure. Je ne sais pas encore comment je vais tourner leur histoire, le soleil cogne mais la chaleur vient d’ailleurs. Et précisons encore une chose : on dit précisément Tailleur de vivante pierre… Selon Olivier d’ailleurs, il s’agit du « plus vieux métier du monde après la prostitution. Avant même le bois, il fallait du silex pour le tailler… » CQFD. On se sert la pogne en se promettant de se revoir…

Texte et photographies : Donatien LEROY, Battements de Loire

LVSM
Alexander DE WITT
Z.I la pièce des Marais
37500 La Roche Clermault
Tel : 06 20 46 64 98

Vérifiez également

IMG_5155

LES MAINS D’OR > ARTISANS
De l’effet papillon et autres considérations sur le savon

Vous connaissez l’effet papillon, insecte fascinant qui, d’un simple battement d’ailes, pourrait déclencher une tornade ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>