ESCAPADES > INSOLITES
Les cendres du Pharaon

Юлий Борисович Бриннер : « C’est pas d’arriver là-bas qui m’inquiète. C’est plutôt d’y rester. »

yul_brynner_jeuneJuli Borissovitch Bryner serait né en 1920 à Vladivostok, même si, dans son autobiographie, il assurera être venu au jour en 1915 sur l’île de Sakhaline. D’origine suisse, mongole et russe, il passe une partie de son enfance en Chine avec sa mère et sa sœur après l’abandon du foyer par le père. Ils rejoignent Paris ensuite. Juli restera un grand amoureux de la France jusqu’à la fin de ses jours.

Adolescent, il est guitariste dans un groupe gypsy, travaille comme décorateur, coursier, liftier, machiniste, trapéziste, accessoiriste, et enfin acteur ! Il rencontre Jean Cocteau, qu’il fournit en opium et pour qui il jouera un rôle en 1960 dans Le testament d’Orphée.

1941. Départ pour les Etats-Unis avec le professeur d’art dramatique Michael Chekhov, le neveu de l’immense Anton. On le retrouve alors sous le nom de Youl Bryner. C’est une lente ascension vers les sommets… Il lui faut apprendre le métier dans les écoles d’art dramatique, puis il se produit à Broadway, et en 1949 décroche son premier rôle au cinéma : dans La Brigade des stupéfiants, on le voit pour la première et dernière avec une chevelure.

1951. L’année de la consécration. Le Roi et Moi avec Deborah Kerr, Les 10 Commandements avec Charlton Heston, Anastasia avec Ingrid Bergman. La tête rasée, presque une hérésie pour l’époque, fait des foules d’émules.

Suivront Salomon et la Reine de Saba, Les Sept Mercenaires, Taras Boulba, Les Frères Karamazov, entre autres, dans les années 50. Yul Brynner se distingue par un grand amour des femmes (quatre mariages, dont une française Jacqueline Thion de La Chaume, rien que ça…) et des cigarettes (cinq paquets par jour) qui l’emporteront. Les cigarettes, pas les femmes…

Il décède le même jour qu’Orson Welles le 10 octobre 1985 à New York.

Ou sur http://www.ina.fr/video/I00010205

Yul était un amoureux de la France et il doublait généralement lui-même les versions francophones de ses films ! Il est le parrain de Charlotte Gainsbourg… Voilà pour les potins… Et la Touraine alors ? Eh bien, il n’y a jamais mis les pieds… autrement que devant lui… Venons-y…

Sa dernière épouse Kathy Lee, une danseuse, décide à sa mort de vivre en France, dans le Calvados, dans la propriété du couple et elle y enterre les cendres de l’acteur.

Lorsque celle-ci décide de vendre la propriété pour sillonner le monde, elle déterre les cendres et cherche un lieu de repos pour son défunt mari. Yul était de religion orthodoxe, et l’unique concession que Kathy trouve en France en 1990 se trouve alors à l’Abbaye de Luzé, en Indre-et-Loire !

Sur sa tombe, une simple pierre tombale entretenue par les moines :

YUL BRYNNER
11 JUILLET 1920 – 10 OCTOBRE 1985

C’est la seule tombe qui porte un nom dans le petit cimetière, celles des moines restant anonymes.

Il n’y a plus de moines aujourd’hui, l’Abbaye, transformée en gîte, est une propriété privée qui se visite sur rendez-vous. Vladivostok-Hollywood-Luzé/Indre-et-Loire… Ou l’histoire d’un pharaon capable de dérouter le Transsibérien. Lui, qui avait répliqué, aux 6 autres mercenaires : « C’est pas d’arriver là-bas qui m’inquiète. C’est plutôt d’y rester. »

Donatien Leroy, Battements de Loire

Un plaisir personnel, souvenir d’ado, quand le petit écran rendait encore hommage au grand, au vraiment grand :

Abbaye Royale Saint-Michel de Bois-Aubry
37120 Luzé
www.abbayedeboisaubry.fr

Sources :
fr.wikipedia.org/
westactshoot.clicboard.com

2 / 2 Commentaires

  1. En commnençant ma lecture, je me demandais « Quel est donc le lien avec la Touraine ? » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>