INFLUENCES > PEINTURES SCULPTURES
Café et cigarettes chez TLéo

Ne voyez pas forcément d’hostilité dans le fait d’être accueilli par un homme qui tient une pelle entre ses mains…

Tleo-artiste-1

Si vous lui demandez ce que représente la Touraine pour lui, s’il a des souvenirs intimement liés à cet endroit du monde, il vous répondra simplement qu’il y est né et vous demandera si un café vous ferait plaisir. Il traîne chez quelques vieux esthètes, une théorie disant que chaque homme est fait de la terre qui l’a vu naître. Est-ce encore vrai aujourd’hui, rien n’est moins sûr et quoi qu’il en soit, cela n’a pas grande importance pour le moment. Dites oui pour le café, et pour le reste, ouvrez grand les yeux, vous êtes chez Tléo.

Tleo-artiste-2De l’encre, de la peinture, du grillage, du ciment, un établi dont on ne voit plus que les pieds, une radio en sourdine, un VTT avec lequel il s’est enlisé le matin même sur un chemin du bord de Loire, un poisson qui cuit à feu doux dans la poêle, d’ailleurs il faut qu’il le retourne, alors il vous abandonne deux minutes mais vous ne restez pas seul. Vous levez la tête et au dessus de vous, en rang d’oignons, vous découvrez des sculptures en équilibre sur la ferraille dont est fait le bâtiment. Sur les murs, et surtout posés contre les murs, se multiplient les tableaux. Toiles et feuilles de papier  allongées sur le sol côtoient les sculptures en devenir, celles-là même sur lesquelles il « travaille » en ce moment, les guillemets il y tient.

Le poisson est retourné. Le café arrive avec le sourire. Une femme enceinte est assise sur une chaise, un sein monstrueux par la taille à côté d’elle. Le café est bon et le coup d’œil circulaire inévitable. Pas de mobylette en vue mais des visages. Ça foisonne de tronches, de femmes, de pense-bêtes, de petites têtes, de crânes, de nouveaux nés, de chiens, de chiommes, il y a de l’hybride, de l’échevelé, du noir, du blanc, des arbres, de la poussière sur le sol et des rêves comme du temps en suspension dans l’air. Prenez une chaise si la tête tourne.

Tleo-artiste-3Ce qui frappe dans tout ça, que ce soit là, pêle-mêle, ou dans le cadre de ses expositions, c’est la place qui vous est laissée pour vous raconter vous-même une histoire, pour y mettre ce que vous y voyez. Chez TLéo rien n’est pointé du doigt, vous êtes en liberté. Ce type ne vous dit pas où il faut regarder, alors vous laissez le café descendre le long de l’œsophage, vous allumez une clope si vous avez ce vice et vous dites adieu la lourdeur.

Le poisson est enfin cuit. Toujours pas de mobylette en vue. TLéo range la pelle avec laquelle vous l’avez surpris en train de remonter un tas de sable pour rendre service aux maçons qui bossent à quelques mètres de là et vous propose de l’accompagner à table. Vous voilà assis avec lui dans le jardin.
Le décor est idyllique. Une usine, des bâtiments Sncf, quelques belles lignes électriques, de la ferraille, un peu de gazon — pas vraiment à l’anglaise —, tout ce qu’il faut pour vous reposer des clichés que vous évoquent les bords de mer quinze jours par an. Une vraie cure de jouvence.

Il mange. Vous reprenez un café. Une clope — plus de doute à avoir vous avez vraiment ce vice —, et vous profitez d’être là, à ce moment là, en vous disant que pour une fois, on pourrait peut-être parler d’autre chose que de « travail ». Ce qu’il y a à dire, vous l’avez vu.

Tleo-artiste-4Une légende dit que cet homme est un jour parti de Tours, une carriole attelée à la mobylette, pour rejoindre l’Italie et y vendre quelques tableaux à la sauvette. Vous le voyez ? Le périple. Il semble que cela soit vrai, et que son engin était une 51 V. Un détail à l’unique intention des amateurs de mécanique. Allez savoir ce que c’est, une 51 V.

Texte : Harald LEROY

Photographie de l’atelier : Laurent Talin d’Eyzac

Pour en savoir plus sur TLéo :
http://www.tleo.fr/
https://www.facebook.com/pages/tleo

Vérifiez également

IMG_6005w

CONTRE COURANTS > INITIATIVES
Annie, Lena et quelques poudres de hasard…
Les Ateliers de la Morinerie

On n’arrive pas là par hasard. Rien n’indique la présence d’une fourmilière au beau milieu ...

5 / 5 Commentaires

  1. Donatien Leroy

    Du Djian dans le texte !

  2. Et du Harald Leroy !

  3. Yvonnick mai 3, 2015 à 8:18

    un vrai beau portrait … d’un splendide personnage …une belle âme , ce qu’on appelle une belle personne !

  4. C’est bien toi, tel que je t’ai toujours connu aussi simple : que ta démarche te sois salutaire,je te suis dans le
    raisonnement qui est tien
    Salut Leo
    Paul

  5. Magnifique cet article..,,magnifique ce Leo
    Alban

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>