CONTRE COURANTS > VIVRE AUTREMENT
Scott Pilgrim vs. The World
par Sandrine Samii

Mais non, nous ne vous empêchons pas de manger des saucisses… tant que vous ne parlez pas la bouche pleine ! Prenez le temps de lire les mots justes, tendres et drôles de Sandrine… Elle nous a offert de son temps pour dire son engagement végétalien… Pas un oiseau de mauvaise augure, mais une vraie plume libre ! Chapeau bas ! (NDLR)

vegan-tours-37

Pour mettre tout le monde à jour, on va commencer par reprendre la définition : « le végétalisme est une pratique alimentaire qui exclut les produits et sous-produits d’origine animale (viandes, poissons, crustacés, mollusques, gélatine, œufs, lait, miel, etc)”. Merci Wikipédia. C’est une décision qui peut être motivée par le soutien de la cause animale, le rejet de pratiques de l’industrie alimentaire, des intolérances alimentaires et/ou la recherche d’un mode d’alimentation alternatif.

Vous avez peut-être l’impression d’entendre de plus en plus  parler de ce mode de vie. Pour certains, ce n’est rien d’autre qu’un nouveau régime à la mode. Mais l’est-il au moins, à la mode ? Ça fait des années que des livres et reportages alternent entre la sensibilisation et le pointage de doigt. Et pourtant, la médiatisation du végétalisme est loin de se traduire par des options concrètes et plus de reconnaissance chez le restaurateur lambda. Tours manque d’ailleurs cruellement d’un lieu totalement végétalien.

« Je ne consulte pas toute la communauté avant chaque repas, on n’a pas d’assemblée générale ou de forces de l’ordre comme dans Scott Pilgrim vs. The World (ni de super-pouvoirs du coup). C’est incroyablement banal. »

Alors, qu’est-ce que c’est d’être végétalien à Tours ? Ce sont de petits détails. Par exemple, une sortie au restaurant, ça se prépare un peu plus. J’ai ma propre liste de restaurants vegan-friendly, sinon je regarde systématiquement si le menu est en ligne. Un menu sur une page Facebook, ça évite de jouer les inspecteurs en arrivant au restaurant, c’est simple et ça facilite la vie. Internet, comme pour tout, est vraiment un outil important. Par exemple, le site Happy Cow répertorie des restaurants végétariens et vegan-friendly partout dans le monde. Même si la liste tourangelle laisse vraiment à désirer, c’est un point de départ.

D’ailleurs, je conseille vraiment à tous ceux intéressés par le végétalisme d’étudier le sujet en ligne. Les ressources sont nombreuses, en français et en anglais si vous pouvez, pour créer des plats et des desserts délicieux. Vous preniez des cours de cuisine avant ? Non. Et vous n’êtes pas mort de faim ? C’est l’esprit. Si vous êtes comme moi, vous fuirez les recettes qui demandent d’acheter 15 graines inconnues seulement disponibles dans trois Biocoop en France, il y a souvent bien plus simple. Il existe aussi une petite communauté végéta*ienne (petit mot valise pour regrouper les végétariens et végétaliens) tourangelle sur Facebook, où les membres échangent des recettes et de bonnes adresses dans la région. Le Shelter et le Surya font partie des restaurants que les utilisateurs recommandent régulièrement, et ils sont souvent bien remplis. Tiens donc…

Au final, si vous n’allez pas au restaurant tous les jours, être végétalien à Tours est un non-évènement. Je ne mets pas de rappel sur mon frigo type “acheter de la nourriture végétalienne”, c’est juste de la nourriture. Je ne consulte pas toute la communauté avant chaque repas, on n’a pas d’assemblée générale ou de forces de l’ordre comme dans Scott Pilgrim vs. The World (ni de super-pouvoirs du coup). C’est incroyablement banal. Les végétaliens, ils sont comme nous !

« Dans la même veine, mon mode de vie n’est pas un référendum. Arrêtons les débats et finissons nos assiettes respectives. »

Statistiquement, il y a quand même plus de chance pour que vous, lecteurs, connaissiez un végétalien plutôt que vous n’en soyez un. Dans ce cas là, laissez-moi vous donner quelques pistes pour traiter ce spécimen. Voici une leçon importante : avoir un végétalien en face de vous n’attaque pas votre propre style de vie, à part s’il tente littéralement de vous assommer avec un bloc de tofu. Et encore, les cas sont rares. A chaque fois que j’ai le malheur de devoir dire à quelqu’un que je suis végétalienne, la même scène se déroule : mon interlocuteur commence à m’expliquer pourquoi lui ne pourrait pas, comme si ça avait quelque chose à voir avec moi. Mais pire, après avoir sorti son expertise de nutritionniste d’un chapeau magique, il fait la liste de tous les aliments non-vegetaliens qu’il préfère, dans un exercice d’absurdité incroyable. Spoiler : Je ne mange pas de fromage, c’est pas pour garder le privilège de discuter fromage. Ça n’a strictement aucun sens. Avec votre aide, on peut mettre fin à ce comportement énigmatique. Dans la même veine, mon mode de vie n’est pas un référendum. Arrêtons les débats et finissons nos assiettes respectives.

En parlant d’assiettes, l’autre jour alors que je végétalisais un plat au restaurant, la gérante m’a annoncé qu’elle allait bientôt ajouter une carte végétarienne. Il reste encore une lettre différente mais j’applaudis toute avancée vers plus d’options végétales. Sérieusement, les restaurateurs tourangeaux : on veut vous donner notre argent, on attend que ça ! Suivez le mouvement !

Texte : Sandrine Samii

Sandrine Samii écrit sur les blogs Projet Tours et TEDxTours.

Photographie (de l’assiette) : Donatien Leroy

 

 

Vérifiez également

tours

CONTRE COURANTS > VIVRE AUTREMENT
Veilleurs de Vie

Donner de soi pour sauver des vies… Voilà le credo d’hommes et de femmes que ...

6 / 6 Commentaires

  1. Depuis que je suis végétalienne et vegan , j’ai remarqué que mes interlocueturs carnistes ont tous, semble-t-il, un diplôme de nutritionniste !
    Je cuisine simplement et qu’est-ce que c’est bon !
    Merci Sandrine !

  2. Merci pour cet article, que j’apprécie particulièrement en tant que vegan (oh la la, un autre mot !) – J’ai bien aimé le ton (sans H hein) du texte 😉

    • Techniquement je suis aussi vegan, mais je tente de limiter le vocabulaire ! Les gens vont commencer à croire qu’on les invente ces petits mots, genre « ovo-lacto-quoi ? » ^^ Contente que l’article vous ai plu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>