ESCAPADES > ESCALES
Troglo au paradis

Le mois de mai est idéal pour partir quelques jours et il n’est parfois pas nécessaire de partir très loin pour être dépaysé. La Closerie du Chateauvert, situé rue du Paradis à Savonnières, est une Chambre d’hôtes troglodytique – et pittoresque – tenue par Annette et Michel – qui ne le sont pas moins !

Originaire de la Région, Michel, enfant, passait tout ses étés dans la maison troglodytique. Ils partaient de Tours pour se mettre au vert : « Ici c’était la liberté ! » À la retraite, Michel et sa femme quittent Bourges en 2008 et s’ y- installent définitivement. Ils aménagent la petite dépendance voisine pour accueillir leurs enfants et petits enfants. Mais ces deux pièces sont la plupart du temps inoccupées. Ils décident donc d’en faire un gîte en 2010. Les débuts se font par petites annonces. Et depuis, les voyageurs viennent et reviennent et certains réservent même six mois à l’avance. 

troglo-2

Le but n’est pas d’en vivre. Certes, cela fait une petite somme en plus qui n’est pas négligeable pour la retraite, mais ce qui leur plait, c’est d’avoir du passage et de faire des rencontres. « Il y a beaucoup de Bretons et la Loire à Vélo nous apporte de nombreux cyclistes. Avoir un contact avec les gens, ça conserve, ça entretient ! » Et je vous le confirme, ils sont  jeunes de corps et d’esprit ! Annette a réalisé seule son site web et Michel, à tout juste 80 ans, répond très vite aux mails et parle anglais avec les touristes étrangers.

Savonniere-2Le troglodyte est une ancienne écurie, ce qui explique qu’elle soit basse de plafond, 1.50 mètre au plus bas. Au départ, le sol était de la terre battue. La pierre de tuffeau taillée est recouverte de chaux et apporte du charme au lieu. C’est un lieu de vie insolite et un mode de vie différent. En effet, aucune cloison ni porte ne peut être apporté car il faut que la pierre respire. Un grand meuble crée alors une chambre, une palissade de bois sépare la cuisine d’un coin nuit … un rideau, des portes battantes style saloon… Il faut s’adapter, le tuffeau ne fait pas de pièces standards comme pour une maison traditionnelle, mais cela laisse une grande place à l’inventivité.

« C’est pas du tout comme dans un hôtel. » Le matin, Annette propose le petit déjeuner composé de confitures et de gâteaux maisons. Elle s’est même récemment lancée dans la gelée de pissenlit. Le pain vient de la boulangerie de Savonnières. « Ah ! Le petit déjeuner d’Annette… il y a toujours à manger pour 10. » précise Michel.

troglo-4

« Il faut être disponible et aimer l’être,  car cela représente quand même 4 heures de travail par jour : préparer le petit-déjeuner,  laver les draps, répondre aux mails, faire les comptes… ça demande de l’organisation pour dégager du temps pour soi.» 

Il y a beaucoup de passages d’avril à octobre à la Closerie du Chateauvert, et j’ai noté de nombreuses anecdotes. Voici la dernière qu’Annette m’a raconté : « Nos tous premiers clients étaient Hollandais, je suis allée leur rencontre et au loin j’ai aperçu un très très grand homme. J’avais peur que le gîte déplaise car ce n’est pas commun et de le voir si grand j’ai eu encore plus peur que ça ne leur convienne pas. Mais tout c’est bien passé ! » « Et il a bien nettoyé le plafond » rajoute Michel avec humour.

 

Laura Naudin, Battements de Loire

Closerie du Chateauvert, 7 Rue du Paradis, 37510 Savonnières

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>