LES MAINS D’OR > ARTISANS
ROUGE
Frédéric Sigonneau Viticulteur

Autant le dire. Frédéric Sigonneau, viticulteur à Cravant Les Côteaux, c’est Fred. Un ami de 25 ans. L’ami avec un grand A. Où, bien plus que la charge éthylique, c’est la charge émotionnelle qui prend le pas. Il n’y aura pas d’objectivité dans les lignes qui suivent. Et je me fous de l’objectivité que revendiqueraient certains journalistes. Ce serait insulter cet homme, son vin, son raisin, sa lune, sa vibrance que de ne pas être subjectif…

IMG_5447

On arrive au Domaine de l’R par cette route qui longe d’un côté les vignobles de Cravant, de l’autre les domaines en tuffeau, ceux qui font le vin de Chinon. Une route que j’empruntais, enfant, chaque jour, pour rejoindre les pénitenciers de l’Education Nationale.

Fred et moi, et Vincent et Blaise, pour ne citer que quelques mousquetaires de l’époque du lycée, nous ne savions rien de ce que nous ferions plus tard de nos peaux. Mais nous partagions alors le vin, et cette ivresse qu’il peut procurer, sans doute pour partager encore bien plus de choses. C’est Fred, de nous quatre, qui en fera son métier.

IMG_5453On n’arrive pas au Domaine de L’R, comme ça, pour rédiger un article. Pour siffler un verre de vin. Pour repartir avec un chariot de bouteilles. Le patron est là, il a des choses à dire. Sur Alexander De Witt, notre tailleur de pierre, puis sur l’Atletico Madrid, sur le TFC, sur Jean Germain, et même sur les bananiers qui poussent là…

Le gars en face de moi est presque intarissable sur tout. Il est de ces types qui te racontent une Odyssée, comme Homère, sur n’importe quel sujet. Je me dis alors que le vin est avant tout une présence. Et il y a beaucoup de lui quand je bois un de ses verres et je me dis que j’aime son vin.

Passionné d’Histoire, après le lycée, il choisit la fac, et il est fort à croire qu’il s’est dit, comme moi, qu’un Cayenne de plus, était un Cayenne de trop. Il fallait bien que nous trouvions notre chemin de liberté. Quelques petits boulots dans les vignes des potes lui permettront de comprendre que, peut-être, sa route est celle de la terre… Celle que l’on travaille.

3 ans d’études viticoles, et il part en Espagne qui deviendra son Eldorado. Il suffit de le brancher sur l’Espagne et, à coup sûr, vous lancerez un texto à votre femme : « chérie, je ne rentrerai pas ce soir… » Le Ribera del Duero… Fred avoue qu’il veut faire un vin espagnol… « Mon ami Béber, je discutais avec lui, il voulait m’embaucher, j’étais bourré, et du coup j’ai signé pour deux ans. »

Avec Fred, ça marche comme ça. Ça ne marche qu’à l’amitié, la rencontre est son carburant et sa passion de la terre fait le reste. « Mais ce n’était pas la fête tous les jours. Là bas, à peu de choses près, il n’y a que des vautours qui planent au-dessus des vignes. Mais on a sorti un sacré vin. »

C’est avec Béber qu’il fait ses armes, qu’il commence à sentir qu’un vin se fait dans les règles de l’art, comme les Anciens, et qu’on ne maltraite pas ses vignes avec des saloperies venues de laboratoires. Il est alors temps de revenir à Cravant et de reprendre les vignes dont il a hérité.

Les premiers temps seront difficiles, mais toutes ces rencontres au fil des années laissent leur empreinte  : «  Pendant mes études, j’ai rencontré un islamiste du vin qui me disait : Putain, tu mets du soufre ? Dégueulasse… » Selon Fred, le soufre, c’est ce truc dans le vin qui vous refile des gueules de bois monumentales, et il est assez fier qu’on ne se relève pas de son vin avec des répliques sismiques… Testé et approuvé.

IMG_5449« Quand je reviens ici, les temps sont durs. J’ai pris la charrue et seulement la charrue, et les vignes te remercient un jour. » Pas question d’y aller aux armes de guerre, ou autres produits chimiques. « Les produits retapent les vignes tout de suite, mais en apparence. Je voulais revenir aux années 50, comme les anciens, et les vignes ont très vite retrouvé leur équilibre. »

Vin bio ? Fred parle de biodynamie… Nuance. « Je travaille les plantes avec la lune. Et avec de la poudre naturelle  : quand, un jour, on a utilisé un désherbant chimique et qu’on a alors perdu 100 filles, c’est une blessure qui ne se guérit pas. Avec le fumier de poulet, je récupère des parcelles. Je ne veux rien forcer. Mes plantes sont libres. Elles font et donnent ce qu’elles veulent. »

Un choix radical aujourd’hui. « Il y a plus de contraintes et moins de rendement. Je ne roulerai jamais en Porsche.  » D’ailleurs, je me demande ce que ce type foutrait dans ce genre de voiture… « On passe l’outil plus souvent, mais au final, on a un jus plus noble. »

Question con de journaleux sur la proportion de viticulteurs bio à Chinon, et réponse surprenante : « Un quart de la production. Mais… le cahier des charges de Bruxelles sur le bio est très très large… On peut soufrer, enzymer, levurer, sucrer le vin, il reste bio… Le vin bio n’est pas nature ! Je préfère ne mettre que des produits purs… »

Au fond, le bio de Bruxelles n’est pas vraiment le credo de Fred… On en revient à la biodynamie : « Je travaille avec les astres. Je m’inspire de Rudolf Steiner qui, dans les années 30, a parcouru les jardins de paysans et de grand-mères pour savoir quand et comment faire pousser des carottes… Les paysans faisaient avec la lune. Quand on est en nœud lunaire, on ne touche pas au vivant, on ne touche ni au vin, ni à la vigne, alors on tire du bois. En lune croissante, c’est le sous-tirage de la lie, et là, mon pote, le vin est clair. En lune décroissante, le vin est plus trouble, les lies sont en suspension. En jour fruit, le vin est plus détendu, alors on le met en bouteille.  »

Dernière question de connard de journaleux, mais faut bien faire le métier qui ressemble à ce qu’on veut faire sans pour autant vouloir le faire : comment expliquer cette influence de la lune ? Réponse laconique de Fred qui me sauve : « Il y a des matheux qui se penchent dessus depuis des années. Mais tout ne s’explique pas. » Réponse poétique, réponse de paysan. Réponse qui me va.

L’engagement de mon ami Fred va plus loin encore… il faut regarder les étiquettes qui trônent sur ses bouteilles… On peut y voir une tête de mort, mais il faut y voir encore et encore une histoire de potes… « Domaine de l’R… Il était 5 heures du mat’, et c’était l’orgie avec Vincent et Blaise… On a un moment cru à « Domaine de l’Air », mais ça manquait de symbolique… Alors « R » comme Rouge, Rabelais, Reviens-y, Renaissance, Retour… »

IMG_5435Mais ces étiquettes précisément ? « Dans le coin, on me dit : « Mais c’est quoi ces étiquettes de merde ? » Ici, à Chinon, on a des étiquettes panda, prout-prout, dorées… Je cherche pas à provoquer, mais bon, ça choque les cons… »

Six grammes plus tard et six gammes de vin sortent du Domaine… On peut les goûter en passant voir Fred, mais il sera toujours difficile de se souvenir de quoi que ce soit… Simplement parce qu’on reçoit une masse… de générosité… Des noms ? Le canal des grands pièces ? «  Le tanin assèche la gueule, il faut le maîtriser pour avoir un bon jus ». Les cinq éléments ? « Ce sont les vieilles vignes qui m’ont sauvé. Avec la biodynamie, elles ont serré les fesses mais elles me l’ont rendu. » Les folies du noyer vert ? « On foule le raisin au pied. Très tannique, on l’assouplit à la barrique ». SO2 ? « Un vin sans soufre, un vin libre, un vin où tout rentre en jeu, qui réagit avec le vivant… »

SO2… je crois tout bonnement que c’est le vin qui te ressemble… Mon ami… Merci pour ce que tu fais… Pour ce que tu es… Je crois que ton vin, parfois décrié par des puristes, est un vin exigent… Qu’il ne sera aimé que par les révolutionnaires que nous sommes restés… Et ceux qui, aujourd’hui, au lycée, prennent peut-être la relève… Et comme dit mon pater Nietzsche, tu es devenu celui que tu étais.

Texte et photographies : Donatien LEROY, Battements de Loire

Domaine de l’R
Frédéric Sigonneau
14 Les Coteaux de Sonnay
37500 Cravant-les-Côteaux

Vérifiez également

biere-tours

LES MAINS D’OR > Artisans
Blonde ou brune ?

Direction Cormery … Encore Cormery ? La commune est arrosée par l’Indre, mais aussi par ...

Un commentaire

  1. Merci Donasterre pour tes regards et ton partage.

Répondre à B. RAYMOND Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>