FRONTIÈRE > SUR LA ROUTE
Quarantièmes rugissants
Un texte de Donatien Leroy

IMG_5304w

les pneus de la bagnole brûlants de goudrons
pneus trop lisses dit papa
il faut partir partons
grevés de désirs rongés de mouvements
des dizaines de chevaux aux quarantièmes rugissants

nous quittons tout nous quittons l’intenable
tous ces regards doux tous ces sourires aimables
les coudes posés dans le vide et les mains sur la table
chemise repassée rires forcés des soupirs convenables

serviettes pliées nous pouvions nous lever
je t’aime maman des gamins bien élevés
merci papa fermer la porte dernière séance
papa maman nous ne reviendrons pas le dimanche

mon amour il est seulement temps de braquer la banque
il est salement tant
papa maman
d’éprouver les limites plus que les manques
comme un plein d’illusions monsieur le plein de carburant
des dizaines de chevaux aux quarantièmes rugissants

IMG_3325w

Texte : Donatien Leroy
Photographies : Donatien Leroy

Vérifiez également

james-3

FRONTIÈRE > SUR LA ROUTE
Un Américain en Touraine
Un texte de Henry James

Automne 1882. Le monumental écrivain américain Henry James a 34 ans. Maîtrisant le Gaulois depuis ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>