FRONTIÈRE > SUR LA ROUTE
Déca
10 photographies de MiliA*

Il est une photographe qui traîne ses guêtres depuis quelques temps sur Tours, après avoir quelque peu bourlingué au gré des expériences.
Je ne la connais pas, je ne l’ai jamais rencontrée, j’ai vu passé bien des fois sur les réseaux ses photographies, et je me suis toujours arrêté.
Certains diront que c’est simple, d’autres diront que c’est facile.
Je dirai justement que c’est ce qu’il y a de plus difficile à réaliser.
La simplicité qui a un sens. Et qui porte une émotion brute.
Je lui ai alors demandé d’illustrer son carnet de voyage. J’imagine qu’elle a souri. Ou qu’elle a grimacé.
En recevant ses photographies, moi aussi, j’ai simplement souri. Et grimacé.
Sans avoir envie de reproduire ce qui lui appartient, j’aurais aimé tout de même savoir comment faire.
Ce truc que l’on retrouve dans la littérature américaine qui est de sembler ne rien faire pour dire pourtant tant de choses. (D.L.)

Nouvelle vague 1

A la porte 2

Dans la rue 3

Au départ 4

De rouille 5

Haut de l'échelle 6

Les maux des murs 7

Remué 8

Le café 9

Pissenlit 10

Photographies : MiliA*

Pour en savoir plus :
https://www.facebook.com/MiliArtiste/

Vérifiez également

14699838_1168145319931296_1479834369_n

INFLUENCES > PHOTOGRAPHIES
La captive aux yeux clairs
#1 Tiphaine Populu, photographe ambrotypiste

Bienvenue dans l’antichambre de Tiphaine Populu. Ici, pas de mots, juste ce temps pour regarder intensément ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>